La course aux cellulaires pliables : dernière ligne droite!

Coréens, Chinois et Américains se sont lancés dans la course aux cellulaires portables pliables, depuis plusieurs années pour certains d’entre eux. La ligne d’arrivée semble être début 2019 – à moins que ce ne soit fin 2018, d’après certaines rumeurs. Qui sera le premier à la franchir? Quels sont ces acteurs et quels sont leurs apports technologiques?

 

 

Samsung en tête… pour combien de temps?
Depuis sept ans, Samsung travaille sur le projet d’un cellulaire pliable. Depuis son premier prototype – gros et embarrassant – présenté en 2011, la société coréenne a réalisé de nombreux progrès et a dû relever de multiples défis : en 2013, l’intégration d’un écran en plastique flexible était loin d’être gagnée; en 2014, Samsung s’est attaquée à une technologie d’encapsulation afin que l’écran soit protégé de la moisissure et des dommages liés à l’air; en 2017, le problème principal à traiter était de pouvoir plier le cellulaire sans endommager le moindre composant interne. En 2018, ce projet ambitieux – baptisé en 2016 Galaxy X commence à révéler ses caractéristiques : l’écran tactile et flexible utilisera la technologie OLED (diode électroluminescente organique), essentielle pour des supports en plastique; déplié, il mesurera sept pouces alors que replié il s’apparentera à un portefeuille sur la face duquel l’utilisateur aura accès à des informations de base. En parallèle, ce projet a nécessité le développement d’une batterie incurvée de 6000 mAh, accroissant ainsi l’autonomie de l’appareil. Alors, pour quand est prévu le lancement? Sans cesse reporté depuis des trimestres, il pourrait avoir lieu pour certains en février 2019 lors du Mobile Word Congress (MWC) voire, pour d’autres, en janvier 2019 au cours du Consumer Electronic Show (CES). Quelle que soit la date, il faudra être prêt à verser la coquette somme de 2 400 $ CA…

 

 

Les concurrents ne manquent pas
Huawei
est un acteur de taille qu’il faut prendre au sérieux. Dans la vente de cellulaires sur le plan mondial, cette société chinoise vient de ravir la place à Apple (12 % du marché) pour désormais devenir le deuxième vendeur de cellulaires au monde (15,7 %) devant l’éternel numéro un Samsung (20,7 %). Sur le segment des cellulaires pliables, Huawei qui a été créée en 1987 par Ren Zhengfei et qui s’est alliée à BOE Technologue – un fabricant d’écrans flexibles OLED – semble être en bonne voie, d’après certaines sources officieuses, pour être la première société à offrir des écrans pliables… dès fin 2018. Mais, cette compétition est loin d’être un duopole entre Huawei et Samsung : LG, une marque coréenne, a déposé un brevet sur une technologie de charnière déformable – à l’instar de Motorola –; Oppo, un fabricant chinois travaille sur un cellulaire pliable doté d’un coussin d’air ou encore sur un appareil équipé de trois écrans rétractables; Lenovo, un autre fabricant chinois développe un modèle de cellulaire très flexible qui se met au poignet (comme un bracelet) et dont l’écran recourt également à la technologie OLED. Quant à Apple, il semblerait qu’en 2020, l’entreprise sorte son premier cellulaire pliable, d’après les dires de la très sérieuse Bank of America Merrill Lynch.

 

Conscients du potentiel qu’offre le marché du téléphone intelligent pour encore quelques années (un potentiel de 1,710 milliard d’unités vendues pour 2021 d’après l’institut de recherche Statista), les constructeurs de tout horizon s’efforcent de prendre une longueur d’avance non seulement sur le plan des innovations technologiques, mais aussi sur… la date de lancement. Que le plus rapide gagne!

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#